Le pouvoir du corps d’instancier (rendre présent) les émotions et les pensées a conduit au développement de thérapies innovantes dans les années 1980. Dénouer le corps, libérer l’émotion et décongestionner l’esprit (en permettant au sujet de créer des processus de liaison articulant les pulsions et les représentation de mots)  aurait bien pu être la devise de ces approches corporelles.

L’analyse psycho-organique en tant que méthode thérapeutique fait le pont entre les approches humanistes existentielles et la psychanalyse. Elle a vu le jour depuis les années 80 grâce au travail de Paul Boyesen et à l’action de ces modèles (théoriques et pratiques). Nous pourrions la considérer comme la troisième voie car elle complète et fait le lien entre les thérapies verbales et corporelles. Une approche pourvu de nombreuses médiations sensori-motrices particulièrement efficaces pour relancer les processus de symbolisation primaires.

Ici donc, il s’agit de faire une place non seulement à la parole mais également au corps physique et émotionnel dans le déroulement de la cure.

Les thérapies à médiations psycho-corporelle complètent et enrichissent la psychanalyse pour les personnes dont la psyché est coupée des couches profondes de leur personnalité. Nous pourrions dire qu’une thérapie est réussie quand l’individu finit par s’approprier intégralement son corps, ses émotions et sa psyché. Une plus grande autonomie et une présence incarnée de l’existence pourraient être les bénéfices les plus apparents. Un supplément d’âme incarnée, diraient les poètes.

Avec cette façon de lier l’énergie informe à des signifiants plus élaborées en utilisant des médiations ( induction de mouvements, stimulation de la respiration, attention portée aux images émergentes) et leur traduction en mots, nous essayons d’aider la personne à retrouver un sentiment d’unité intérieure, une vitalité nouvelle source de créativité. Les bénéfices seront une plus grande mobilité psychique, émotionnelle et fonctionnelle. Cette plasticité fonctionnelle retrouvée, la personne va se sentir de nouveau en possession d’elle-même. 

En analyse psycho-organique (apo), le travail sur le passé n’est pas engagé dans le sens d’une compréhension des difficultés actuelles. Il s’agit de retrouver au présent un contact avec notre énergie primaire (créatrice). Si l’exploration du passé est nécessaire, c’est qu’il infiltre la personne au présent dans son entièreté. L’accompagnement ne peut se limiter à l’écoute d’une histoire et à sa traduction. Notre accompagnement se fait en prenant en compte l’interdépendance des processus de régulations internes et externes. L’inconscient est situationnel comme le souligne Paul Boyesen.

En séance donc, le psychothérapeute formé à l’analyse psycho-organique s’autorise une directivité pour induire des dispositifs mobilisant conjointement la respiration, la motricité, la visualisation et la parole.

Pour conclure cette brève présentation, je citerai le psychiatre et psychanalyste Christian SEULIN, la pulsion est messagère et ses messages sont les signes d’un langage qui s’étend bien au delà du verbe et s’exprime par les états du corps, par l’acte, par toute la sensori-motricité.

Pour approfondir le sujet, vous trouverez ci-dessous des articles bien fournis sur le sujet :

analyse psycho-organique en individuel et en groupe – E. CHAMP
présentation de la “Connexion organique” en Analyse Psycho-Organique – M. TOCQUET
présentation complète des outils et théories de l’analyse psycho-organique
wiki/Analyse psycho-organique  (wikipedia)
psychologies.com/L-analyse-psycho-organique
(psychologie magazine)
passeportsante.net/analyse psycho-organique (passpeportsante)
efapo.fr (école française d’analyse psycho-organique)
aapo.asso.fr  et la sofrapsy.fr (les deux associations françaises regroupant des thérapeutes, psychologues, psychanalystes ou psychiatres formés à l’analyse psycho-organique)